Les Abeilles de Matisse revisitées par le Connectif KKF/Keskon Fabrique à l’occasion des cinquante ans du musée Matisse et de l’événement « Nice 2013. Un été pour Matisse » au Parvis du musée Matisse à Nice jusqu’au 23 septembre 2013. Et, Keskon Fabrique plante ses arbres à Castel Plage, jusqu’en septembre 2013.

 

Le Connectif KKF/Keskon Fabrique revisite l’œuvre de Matisse en papiers gouachés découpés Les Abeilles, pour rendre hommage à la modernité intemporelle de cet immense artiste.Les artistes du Connectif KKF/Keskon Fabrique ont transcrit, dans leur esprit de détournement d’objets, une œuvre caractéristique de l’art d’Henri Matisse, Les Abeilles. C’est pour eux, à l’occasion des cinquante ans du musée qui lui est consacré, de montrer que des artistes vivants continuent de s’inspirer des recherches de ce Maître du XXème siècle.

 

Connectif KKF/Keskon Fabrique (David Galimant, Nicolas Pennaneac’h) Les Abeilles du KKF, 2013 Tomettes, barres métalliques, verre 270 cm x 176 cm x 60 cm

 

Le Connectif KKF/Keskon Fabrique

 

Le Connectif KKF/Keskon Fabrique fonde son travail sur le détournement d’objets et de matériaux, devenus inutiles, en vue de leur donner une seconde vie, et de changer le regard porté sur eux. Leur création se fonde sur la rencontre avec la matière, née du hasard et de l’inspiration. C’est cette danse avec l’objet qui constitue le cœur de la réalisation. La création du KKF couvre les champs de l’art, du design et de la création d’univers, qui s’imbriquent et s’influencent, en questionnant la limite entre les disciplines.

Les deux artistes du Connectif KKF/Keskon Fabrique, David Galimant et Nicolas Pennaneac’h, puisent leur inspiration de la rue et de ce qu’elle leur met sous la main, ils fondent leur travail sur le ramassage d’objets et leur détournement, pour en révéler l’âme et l’esthétisme. Ils conçoivent alors des pièces et des univers aussi atypiques que ludiques, qui invitent le public à un changement de regard.La rue, à la fois source d’inspiration et lieu d’investigation, leur a donné leur nom : longtemps les passants ont poussé la porte de l’atelier pour leur demander “ Mais qu’est-ce que vous fabriquez ? ” ! Invitant à une aventure artistique et humaine, Keskon Fabrique se définit comme un “ connectif “, par son ouverture aux autres artistes et autres formes d’art, et par sa volonté de faire naître un lien, une “ connexion ”, entre l’art, les gens et le quotidien.

 

Le Palmier Bling Bling, 2012 Cordes de piano, ressorts de sommier, tiges de fer à béton, peinture or 190 cm x 70 cm

 

Ce palmier fait partie d’une série de cinq arbres plantés dans le jardin du connectif KKF qui constituent une métaphore de notre rapport au monde. Chacun d’eux offre systématiquement une double lecture, positive ou négative, comme pour rappeler qu’on a toujours le choix du regard que l’on porte sur les choses et que tout vient de notre façon d’appréhender la vie qui nous entoure. Clin d’oeil ironique aux palmiers de la French Riviera, Le palmier Bling Bling, constitué de matériaux bruts et usés, – cordes de pianos, ressorts de sommier, tiges de fer à béton -, mais ostentatoirement recouverts de peinture or, symbolise le cynisme de notre société qui, en pleine crise, tente de sauver les apparences. C’est là une première interprétation, critique et pessimiste. Mais cette œuvre offre aussi un autre regard, plus positif : on peut sentir dans le tronc élancé du palmier et dans ses palmes fantaisistes, potentiellement agitées par le vent, une force vitale, enthousiaste et fraîche, ou encore voir dans le rejeton de palmier la vie renaître par-delà la rouille et la détérioration. C’est là une seconde vision, plus optimiste.Cette œuvre renvoie ainsi, par ses multiples possibilités d’analyses et de ressentis, le spectateur à la responsabilité de son regard et de son rapport aux choses et à la vie.

 

Marie Nicola, membre du connectif KKF/Keskon Fabrique