Le Code couleurs

Septembre 2011 / Panneaux de bois, réserves, gouache / H. 210 cm x l. 250 cm x

Créé pour l’inauguration de l’atelier Keskon Fabrique, Nice, 24.9.2011

Mode d’emploi
1 – Se placer devant le cadre noir
2 – Prendre un morceau d’éponge
3 – Observer les zones colorées en face de vous et en choisir une
4 – Tremper l’éponge dans la couleur correspondante
5 – Viser cette zone et lancer l’éponge pour l’atteindre

Une création collective « encadrée» mais qui dépasse les cadres
Dans un tunnel de bâches futuriste, le public est invité à lancer des éponges trempées dans la couleur sur des zones délimitées.

Ce lancer rappelle les coloriages enfantins, où des formes à colorier sont numérotées selon un code de couleurs: les zones 2 à colorer en vert, les zones 3 en rouge, etc…

Le Code couleurs, par cette même approche orientée de la couleur, illustre les premiers pas de l’artiste et invite le public à retrouver la liberté de création qu’il avait lorsqu’il était enfant.

Le cadre noir contient ces deux idées contradictoires de liberté et de production dirigée: il évoque cette création « encadrée », tout en invitant le public à dépasser les cadres traditionnels du code artistique en entrant directement et physiquement dans l’art, ici symbolisé par ce cadre noir, et que le jet d’éponge va obliger à traverser.

Clin d’œil à l’histoire de l’art par le nouveau pointillisme qu’il propose, Le Code couleurs opère à son tour, comme Le Bubble concept, un déplacement de la créativité du côté du spectateur qui devient acteur et ainsi créateur.