La Mort en rose et les Chardons Ardents
Le jardin des fauchés, 2015
Installation

La mort en rose, Death is a b*tch, 2015

Toile cirée, faux, chrome, trépied en acier, aluminium, PVC, plastique, mousse, polystyrène, pâte de modelage, skaï, électricité / H. 250 cm x l. 230 cm x p. 110 cm

Les chardons ardents, 2015

Crapaudines en plastique et acier, laiton, tubes PVC, lests métalliques, ciment, électricité / H. moy. 200 cm x d.max 40 cm
14 exemplaires, pièces uniques

L’installation Le jardin des fauchés, composée de la sculpture monumentale La mort en rose, Death is a b*tch et d’un parterre de chardons ardents, offre une vision atypique de la mort, ici présentée en jardinière attentive, veillant tendrement sur ses plantations et attendant qu’elles poussent pour pouvoir les faucher.

Caractéristique de l’esprit et du processus créatif du KKF, cette proposition artistique repose sur le détournement, tant de la matière que de la symbolique.

Le travail de détournement de la matière, fondement de la création des artistes, a consisté ici à ennoblir des matériaux particulièrement pauvres, comme le plastique et le PVC : la toile cirée a l’allure de la résine, les tiges des chardons en tubes PVC prennent un aspect métallique.

D’un point de vue symbolique , c’est au détournement de l’image traditionnelle de la mort que Keskon Fabrique nous invite : revendiquant un art résolument sympathique, les artistes vont jusqu’à rendre la mort aimable et drôle. Sa couleur choisie, le rose, donne son titre à l’œuvre La mort en rose, en référence inversée de la chanson La vie en rose, revisitée à l’occasion de cette création. Loin des ténèbres, la mort du KKF est lumineuse, en vie, et s’offre le luxe de la désinvolture, incarnée dans un corps au déhanché provocateur, porté par le sous-titre Death is a b*tch. La mort en rose et ses chardons ardents nous offrent ainsi paradoxalement la vision d’un paradis.