Gyroflower

2013 / Appel à projet / Tarrières (tiges de forage) en métal, gyrophares, aluminium, fonte / H. 200 cm x l. 120 cm

La pièce Gyroflower représente six fleurs imposantes, dont les tiges, plantées dans un socle de rouille, se dressent en arabesques métalliques mouvantes au gré du vent. Les pétales en vasques d’aluminium abritent le cœur de la fleur constitué d’un gyrophare orange, qui projette des tourbillons de lumière.

Conçu à partir des déchets industriels d’une société de maintenance dans le cadre du projet ULTIM’ART, ce bouquet lumineux, sous son aspect sympathique et ludique, porte pourtant un message des plus actuels : la taille de l’œuvre et les gyrophares sont là pour alerter sur les méfaits de la société de consommation et les dangers de la prolifération des déchets. A l’image des projections rotatives de lumière dessinant des cercles orangers au plafond, le jeu de la surconsommation brille de mille feux mais, devenu étourdissant, nous enferme dans un cercle vicieux qui nous conduit à notre perte.

Incarnant le travail du connectif sur la revalorisation des matériaux, la sculpture Gyroflower souligne la rencontre possible entre le monde des artistes et celui des entreprises. La création artistique à partir des déchets industriels sert un double but : sensibiliser le public et tisser un lien au sein de l’entreprise, dont les employés voient ici leur matière de travail mise en valeur sous un autre angle.

Cette démarche de connexion entre différents univers caractérise l’esprit du KKF, invitant à une aventure artistique et humaine par un changement de regard sur notre quotidien et les choses qui nous entourent.